IBWK : In Bed With Kinoo

Coups de coeur et coups de gueule au cinéma, en musique, dans ma vie ou encore sur les planches... Des avis à partager ou à critiquer !

mercredi 19 septembre 2007

avant-première : Bienvenue chez les Robinson - en 3D

Robison

robinsonmarignanAlors qu’il est sorti depuis le mois de mars aux Etats-Unis, le nouveau Disney " Bienvenue chez les Robinson " ne sortira que le 17 octobre prochain dans nos salles, dans la quasi indifférence générale. Auquel il faut ajouter le lourd handicap de passer derrière l’acclamé Ratatouille de Pixar. Que vaut donc cette deuxième tentative de Disney sans Pixar dans le film d’animation en images de synthèse ? J’ai eu le privilège d’assister à une projection du film ce matin, mais pas une projection classique, puisque le film a été diffusé en Disney Digital 3D. Kezaco ? Et bien c’est de la véritable 3D en somme, vous portez des lunettes spéciales comme dans les parcs à thème et le film prend une autre dimension. Un atout quand ce même film est en fait tout juste moyen. Car force est de constater que Pixar reste pour le moment le maître incontesté dans le domaine, que ce soit en matière de technologie ou de scénario et de personnages. Bienvenue chez les Robinson nous invite à découvrir les membres délurés d’une famille du futur à travers les yeux d’un orphelin inventeur de machines loufoques. Graphiquement c’est à des lieux d’un Ratatouille, le futur est ici morne et peu excitant (le seul paysage en vogue sera semble-t-il des collines d’herbe verte, et puis c’est tout !). L’architecture rappelle plus les jouets Playmobil qu’une cité effervescente. Les personnages, à part les deux héros et le méchant (qui tire son épingle du lot avec son design cartoony et son chapeau diabolique), sont survolés à vitesse grand V, résultat aucun des seconds rôles ne laissera un souvenir impérissable. Les gags, très lourdingues, tombent le plus souvent à plat. Seuls les clins d’œil, comme le savoureux hommage des Grenouilles au plan du coffre de voiture cher à Tarantino m’aura esquissé un rire. Le scénario avait le mérite de prendre des direction un tant soit peu originales pour un Disney, mais est vite plombé par le rythme trop lent (on s’ennuie ferme pendant le premier acte soporifique) et une mise en scène peu inspirée. La musique du pourtant talentueux Danny Elfmann passe quasi inaperçu en plus. Reste la morale bien trouvée d’après une citation de Walt Disney et 2007_meet_the_robinsons_006un design pas trop mal, mais fortement inspiré (pompé ?) des Indestructibles. Au final, on se retrouve avec un film bancal, loin des prouesses de Pixar mais tout de même mieux que le pathétique Chicken Little (difficile de faire pire). On est donc content d’apprendre que Disney laisse tomber la 3D au profit de PIXAR et revient aux recettes qui ont fait le succès des sirènes, des génies ou encore des lions il y a de ça une décade.
notes5

Posté par Kinoo à 14:00 - Cinéma - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Moi j'avais bien aimé à la première vision, en IMAX 3D, mais surtout en VO, quand je l'avais vu au québec, mais c'est surtout comme le dit GM grâce à la dernière partie que j'avais aussi trouvé assez émouvante! La revision a été plus difficile, même si j'aime toujours autant la fin

    Posté par PM, vendredi 21 septembre 2007 à 10:05

Poster un commentaire